Go to main content

ALLIANCE FRANCAISE DE GWANGJU

PRESENTATION

Alliance Francaise dans le monde

L’Alliance française dans le monde
En français le mot “alliance” fait référence à l’union des âmes et des esprits. Cela désigne aussi les anneaux que les couples échangent au moment du mariage. En 1883, un certain nombre de personnalités visionnaires ont décidé de créer l’alliance entre la France et les peuples du monde en développant une association : l’Alliance française, dont l’ambition est de mieux faire connaître et aimer la langue et la culture françaises à travers le monde.


L’Alliance française s’appuie maintenant sur un vaste réseau de 919 associations locales dans 136 pays. Plus d’un demi-million d’étudiants suivent ses cours de français chaque année sur les 5 continents. Cette présence importante permet à l’Alliance française de remplir ses trois missions principales: 
  • Proposer des cours de français, en France et dans le monde, à tous les publics
  • Mieux faire connaître la culture française et les cultures francophones, dans toutes les dimensions
  • Favoriser la diversité culturelle en mettant en valeur toutes les cultures
Contrairement aux idées reçues, le français se développe et en tout cas, le taux annuel de progression des effectifs du réseau des AF au niveau mondial est de 3 à 4 %.

Toutes les Alliances sont rattachées par un lien moral et juridique à la Fondation Alliance française. Celle-ci, instituée en juillet 2007, a succédé à l’Alliance française de Paris qui avait présidé à l’expansion du réseau depuis sa création à la fin du XIXe siècle. Ce lien s’exprime notamment par le respect de certains principes et de valeurs communes, en particulier une stricte neutralité politique et religieuse. Les Alliances françaises jouissent néanmoins d’une indépendance statutaire qui leur garantit une certaine liberté dans la conduite de leurs actions. Leur création résulte en effet le plus souvent d’initiatives locales et leur statut associatif est régi par le droit du pays où elles sont installées. Un comité préside chaque Alliance, avec à sa tête, un directeur.

Ce statut original permet également aux Alliances de développer des solutions innovantes pour assurer leurs ressources, dans une logique de co-financement : elles peuvent ainsi recourir au mécénat et bénéficier de dons de la part d’entreprises locales. Parallèlement, le Ministère français des Affaires Étrangères apporte également son soutien aux Alliances par la mise à disposition de personnels français détachés pour des fonctions de direction (230 en 2010) dans les plus grandes antennes du réseau et par le versement de subventions. Enfin, il joue un rôle important dans la formation des enseignants et du personnel des Alliances.
La Fondation Alliance française
Depuis sa création en 1884, l’Alliance Française de Paris a constitué un important réseau qui n’a cessé de s’étendre. En juillet 2007, son statut a été modifié et elle est désormais devenue la Fondation Alliance Française. Reconnue d’utilité publique, cette dernière constitue la référence morale et juridique des Alliances françaises à travers le monde. Elle est en outre la propriétaire exclusive de l’appellation « Alliance française », dont elle accorde les droits d’utilisation.

Lorsqu’une Alliance se crée, elle demande ainsi à la Fondation de la reconnaître à travers une approbation de ses statuts. Avant de délivrer ce label, la Fondation contrôle le fonctionnement et les objectifs poursuivis par les associations de droit local, afin de s’assurer que celles-ci se conforment bien aux principes directeurs qu’elle défend et qui sont communs à toutes les Alliances. Figure notamment parmi ces principes une stricte neutralité politique et religieuse des Alliances à l’égard des conflits locaux. Par la suite, la Fondation agit au quotidien afin de soutenir la bonne gouvernance des Alliances. Pour remplir cette mission, elle dispose d’experts organisés par zones géographiques, capables de réagir et de conseiller une Alliance française quand elle rencontre une difficulté. 


La Fondation Alliance française est soutenue par les ministères français des Affaires Étrangères et de l’Éducation Nationale, qui contribuent à son budget et à l’affectation de ses personnels. Douze collaborateurs permanents travaillent au siège de la Fondation à Paris. Son conseil d’administration rassemble des personnalités de renom, Hélène Carrère d’Encausse, secrétaire perpétuel de l’Académie française, l’écrivain Erik Orsenna, le journaliste Bernard Pivot. Ses mécènes, le CIC-Banque Transatlantique, les Laboratoires Pierre Fabre, le Cordon Bleu, Total, constituent un collège actif. Ses principaux donateurs dont Pierre Moussa, fondateur de Paribas, y siègent également.

Pour plus d’informations, vous pouvez visiter le site de la Fondation Alliance française: www.fondation-alliancefr.org 
La Délégation générale de l’Alliance française en Corée du sud
La Délégation Générale de l’Alliance française en Corée du sud représente la Fondation Alliance Française en Corée du sud. Elle assure la coordination et l’animation du réseau existant, sur le plan pédagogique et culturel, en liaison avec l’Ambassade de France, les directeurs des Alliances, les comités. Ce rôle de coordination se manifeste notamment par la tenue chaque année (novembre et juin) de deux réunions du réseau national, auxquelles l’IFCS prend également part. Le reste de l’année, le Délégué général maintient un contact étroit et régulier avec l’ensemble des directeurs d’Alliance. À tous ces titres, la DGAF est ainsi un acteur essentiel de la stratégie du réseau des Alliances françaises, pour promouvoir le rayonnement de la France en Corée du sud et diffuser la culture et la langue françaises à un public le plus large possible.
Il existe 7 Alliances françaises en Corée du sud  (Séoul, Busan, Daejeon, Incheon, Daegu, Gwangju et Jeonju). Celles-ci sont placées sous l’égide de la Délégation générale de l’Alliance française en Corée du sud (DGAF). L’actuel délégué général est M. Jacques Cretin, également directeur de l’AF de Séoul.